Encore un blog fermé! 

Après Garfieldd, et Petite Anglaise virée à cause de son blog, voilà un autre blog arrêté sur demande ministérielle.

Remémorons nous : j’ai déjà parlé de Garfieldd ici , c’est ce proviseur qui témoignait de son métier, sans enfreindre l’anonymat et la confidentialité de ses collègues ou élèves, et qui avouait ses préférences homosexuelles dans son blog. Dénoncé par des collègues qui ont reconnu la ville décrite, l’établissement en question et donc le proviseur… Son blog fut interdit pour pornographie, il fut révoqué et il a fallut une forte mobilisation de la blogosphère, entre autre, pour que sa peine soit transformée en 2 ans de mise à pied (évidement sans salaire). 

L’histoire de Petite Anglaise se trouve chez Maître Eolas. 

Et c’est au tour de Bereno de faire l’objet de la censure : son blog ? "Carnet d’un inspecteur du travail".

Si l’affaire Garfieldd m’avait secoué, alors que je débarquais tout juste dans ce monde virtuel avec toute la naïveté d’une débutante persuadée que la blogosphère est un espace libre d’expression, sans censure possible. Je n’ai pas connu le blog de Garfieldd autrement par ce qu’il en avait été sauvé et par la chaîne pornographique (chaque jour, des blogueurs reproduisaient des extraits du blog fermé continuant à le faire vivre). 

Par contre, j’ai découvert cet été le blog de Bereno, alors que je faisais des recherches sur la canicule, je suis tombé sur ce blog et sous son charme aussi. Lire l’activité d’un inspecteur du travail quant on s’intéresse  à l’hygiène et la sécurité et aux conditions de travail comme c’est mon cas, est une source riche d’information. Pourquoi à t-on fermé ce blog ? Bereno a été contraint de le fermer brutalement, à la suite d'un ultimatum de son ministère de tutelle (Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement) avec menace de sanction si la fermeture n’était pas immédiate. Un billet leur aurait déplut particulièrement.

Comme pour Garfieldd et pour tout fonctionnaire, est-ce encore le devoir de réserve qui est mis en avant ? Pourtant on demande à des inspecteurs de travail de contrôler si la règlementation notamment en hygiène et sécurité est appliquée par les employeurs, d’ailleurs quand ils interviennent c’est que souvent elle ne l’est pas.

Alors en quoi c’est gênant de lire dans un blog le quotidien de cet inspecteur, les réticences des patrons, les conditions de travail inadmissible pour les travailleurs les plus précaires. Tout cela n’est pas dénoncer, mais juste énoncer une réalité qui ne trompe plus personne. Qui ne s’est pas un jour baladé devant un chantier tôt le matin pour y voir les travailleurs dormir sur place, ne passons nous pas tous les jours devant des personnes travaillants sur des échafaudages sans harnais ? 

Bereno tout comme Garfieldd masquait son nom, les noms et les lieux des personnes qu’il évoquait, se servant de son blog pour établir un état des lieux et dénoncer des pratiques illégales de patrons malveillants et non pas pour dénoncer publiquement des personnes désignées. Le devoir de réserve est respecté. Alors ? 

Avons-nous oublié les droits de l’homme ? 

Article 11: 

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.(Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen) 

Article 19: 

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. (Déclaration Universelle des Droits de l'Homme) 

Le travail des inspecteurs du travail dérange une société qui veut en finir avec le code du travail, des patrons et employeurs qui veulent plus de flexibilité au détriment de la santé des travailleurs. On diminue les moyens des inspecteurs, on augmente leur charge, les empêchant de faire correctement leur travail. On peut les supprimer, les museler ou les tuer, comme en Dordogne où deux inspecteurs du travail ont été assassinés en septembre 2004. Cela ne sera pas nécessaire le manque d’effectif s’en chargera bien un jour : selon Gérard Filoche « Il n’y a plus que 427 inspecteurs et 813 contrôleurs pour 16 millions de salariés concernés et 1,2 millions d’entreprise d’au moins 1 salarié »

Que leurs propos dérangent, que le code du travail emmerde ceux qui ne le respecte pas, c’est possible mais de là à interdire un blog relatant le quotidien de l’un d’entre eux, la censure en France devient insupportable, elle est un réel danger pour la liberté d’expression et pour la démocratie ! 

Plusieurs blogs, comme pour Garfieldd, ont mis en ligne des extraits de ce blog honteusement fermé. Bereno ne le souhaite pas, les raisons en sont expliquées chez maître Eolas. Bereno ne luttera pas contre cette injustice, et c’est son droit. Il poursuit son travail sans le blog, je lui souhaite un bon chemin. Mais j’invite pourtant les lecteurs à découvrir les archives sauvées de ce blog, dans les liens ci-dessous pour télécharger en pdf les deux saisons du « carnet d’un inspecteur du travail ». Car si Bereno est réduit au silence par son administration, NOUS pas, et si la solidarité de la blogosphère fonctionne, et même s’il ne s’agit plus de réclamer le retour du blog de Bereno (il ne souhaite pas riposter par rapport à sa sanction), son blog même fermé peut continuer à vivre, à se diffuser et à finalement être encore plus lus qu’auparavant. Ces archives sont dans le domaine public de la toile.

·       saison1 du « carnet d’un inspecteur du travail » 

·       saison 2 du « carnet d’un inspecteur du travail » 

D’autres blogs en parlent :

Swâmi Petaramesh : le retour de la pornographie, Nul n'est prophète en son pays, carnet d'un inspecteur du travail un préparateur prépare 

Irene Delse

ka Teznik

Et je citerais ce post de Bereno du vendredi15 septembre 2006, il y exprime sa ténacité à tenir son blog, et l’amour de son travail et des services publics, moins d’un mois après le blog est fermé!

Un an de blog.

By Carnet d'un inspecteur du travail

« Un an, cela fera très exactement un an demain que j'ai créé ce blog. Certes, il s'en est fallu de peu qu'il disparaisse définitivement au printemps dernier. Mais finalement encouragé par vos messages de soutien, je décidais de continuer à m'exprimer par ce moyen de communication, refusant de céder aux pressions de quelques-uns qui espéraient très fort m'imposer le silence.

Je vous adresse donc chers lecteurs toute ma gratitude et mes plus chaleureux remerciements pour l'intérêt que vous portez à ce blog. J'en profite également pour remercier Le Monde.fr d'avoir inséré ce blog parmi les "Invités du Monde", ce qui eut pour effet d'accroître significativement le nombre de lecteurs: plus de 250 000 "Pages vues" et quelques 13 000 visiteurs en moyenne par semaine.

Je me réjouis également que ce blog soit aussi un espace d'échanges, de confrontations de points de vue, parfois très divergents, sur le monde du travail. Plus de 3000 commentaires depuis la création du blog, manifestement les situations décrites ne laissent pas indifférent. J'adresse un merci appuyé à ceux qui prennent un peu de leur temps pour déposer un ou plusieurs commentaires et contribuer ainsi au débat.

Quelques commentaires n'ont pas été publiés, c'est vrai. En effet, lorsque des noms sont cités, lorsque les écrits sont insultants ou diffamatoires ou lorsque cela n'a aucun lien, de loin ou de prêt, avec la note, je ne fais pas apparaître le commentaire. Je suis responsable de ce blog y compris des réactions des lecteurs et je ne tiens pas à me retrouver devant un tribunal pour un délit de diffamation. 

Enfin, je présente mes excuses aux lecteurs qui me sollicitaient en vue d'obtenir des renseignements sur leurs droits pour des affaires les concernant et auxquels je n'ai pas apporté de réponse. Je comprends leur attente mais je ne puis répondre à chacun par manque de temps. Aussi , j'invite les personnes souhaitant des précisions sur leurs droits à prendre contact avec le Service des Renseignement en droit du travail qui existe dans chaque DDTEFP...c'est gratuit et le renseignement délivré est de qualité (vive le service public !).

Au terme de cette année, ma motivation à poursuivre ce blog est entière. Il est indispensable de témoigner sur une certaine réalité du monde du travail qui n'est pas toujours (hélas) synonyme d'épanouissement de la personne. Les souffrances physiques et psychiques sont également une réalité de l'entreprise auxquelles sont confrontés quotidiennement de plus en plus de travailleurs.

Le droit du travail, au nom de l'efficacité économique, du libéralisme, de la compétitivité des entreprises, de la lutte contre le chômage, évolue vers plus de précarité, de flexibilité, de régimes dérogatoires (travail du dimanche,temps de travail...). Le mal-être au travail est réel, souvent subi en silence (le collectif au sein du monde du travail s'amenuise)...Les agents de l'inspection du travail, tout comme les médecins du travail, recueillent l'expression de ces souffrances. Ce sont celles-ci que je vais continuer à vous décrire et à dénoncer...Merci encore. »

Bereno