Comme toutes les maisons à la campagne, j’ai parfois la visite de ce sympathique rongeur : la souris.

Et comme je n’ai pas de chat, je suis réduite à supporter ce squatteur.

Généralement mes souris ne quittent pas la cuisine et surtout le placard qu’elles affectionnent particulièrement au point où je tape avant d’ouvrir le dit placard afin de leur signaler ma présence et ne pas avoir à supporter la vision de ce petit rongeur courir partout. J’ai moins peur des souris que des araignées et même je les trouve plutôt mimi et je ne suis même pas rebutée quand il m’est arrivée d’en tenir dans mes mains.

Mais chacun sa place, elles dans le placard et pour moi le reste de la maison !

Or, aujourd’hui, une souris téméraire ou stupide a enfreint cette règle. Alors que j’allais me reposer sur le canapé, une souris est passée juste en dessous, provoquant une  panique surprise et quelques hurlements grognements.

C’est alors que cette saloperie de souris cet animal adorable effrayé par mes cris alerté par ma présence n’a rien trouvé de mieux que de fuir vers le bureau, oui ce lieu même où je suis en train sagement de vous parler.

J’ai bien essayé d’envoyer  « le chien qui pue » à mon secours, mais je pense que les souris qui vivent dans ma maison ont un super pouvoir, celui d’être invisible au yeux de mon chien.

Le mieux que j’ai obtenu ce sont quelques aboiements mais pas moyen de rapatrier la souris vers la cuisine.

Tant pis, pas d’ordi je ne jouerais pas ou je n’irais pas fureter sur Internet, je me contenterais de la télé ou d’un bon livre.

Mais voilà, rien à la télé et mon livre se trouve dans les toilettes et les toilettes elles sont où ? Je vous le donne en mille, à coté du bureau et c’est le seul accès.

Et voilà, que d’un coup je me suis souvenue que je venais de boire un grand bol de thé et que le thé ça donne envie…de… ben si vous voyez !

Et c’est toujours comme ça, c’est quand on y pense que l’on a envie d’aller aux toilettes, et bien sur impossible de se retenir alors que quelques minutes avant on n’y pensait même pas.

C’est donc armé d’un balai (pour faire du bruit) et du chien que paniquée courageusement je suis entrée dans la pièce et pu aller soulager ma vessie en compagnie du chien (ben oui on sait jamais si elle me saute dessus).

Et au moment même où je vous parle, je pense qu’elle est là juste à coté de moi, toujours dans cette pièce (je ne l’ai pas vu sortir).

Je ne suis pas trop sereine, et pour me donner du courage j’ai décidé de lui donner le petit nom affectueux de Kirikou (pourquoi Kirikou, alors là je n’en sais fichtre rien c’est le premier nom qui m’est venu, d’ailleurs c’était quoi Kirikou ?...il y a bien un dessin animé qui s’appelle comme ça non ?), donc si je la voit je la trucide reste calme et brûle son cadavre deviens pote avec elle.

En tout cas je me laisserais pas déloger de chez moi, attention Kirikou si tu me lis (comment je peux dire ça…comme si Kirikou pouvait lire, je dois avoir le cerveau liquéfiée par la peur) je te préviens, « vade retro satanas » sort de chez moi !!!