boby

Rimailleurs, esthètes de l’art et amoureux des jeux de mots laids, devant vous s’avance LA référence ultime : Boby Lapointe (1922-1972). Connu et adulé par des gens comme MC Solaar ou Katerine, entre autres, pour son jeu surréaliste avec les mots, c’était aussi un roi de l’absurde. Dès son enfance à Pézenas, il se distingue : il repeint le coq du clocher en phosphorescent un soir de Pâques, il affuble un sphinx de pierre de rayures vertes et le rebaptise "zèbre".

 

Réquisitionné par le STO, il emboutit les camions qu'on lui confie, arrose les bureaux de l'armée allemande en nettoyant les voitures, et tâte du cachot plus souvent qu'à son tour. Il se produira une dernière fois à Bobino en 1971.

 

Accessoirement, Boby Lapointe a inventé l'embrayage automatique, lorsqu’il préparait Sup Aéro.

 

De son vivant, et malgré le soutien d’amis comme Brassens, Fallet, et une apparition remarquée dans « Ne tirez pas sur le pianiste » de Truffaut où il chante « Framboise » et « Marcelle », il tire le diable par la queue. Ce n’est que progressivement, après sa mort, qu’il gagne sa place dans le panthéon de la chanson française, comme un bonbon à la violette volé chez une vieille tante et dont on savoure le goût rétro en douce. Truffaut en parle très bien : « Souvent, dans les studios, dans les salles de montage, j'entends des jeunes gens chanter les chansons de Boby Lapointe sans savoir que l'auteur nous a quitté. C'est pourquoi, quand je pense à Boby ce n'est pas comme à un artiste mort mais comme à un camarade affectueux, modeste, inquiet et doux qui a disparu, escamoté. »

Le style de Boby Lapointe, ces sont surtout ses allitérations, ses calembours qui jamais ne fientent, pour son débit inaltérable (essayez de chanter « Ta Katie t’a quitté » ou « Méli-mélodie », juste pour voir). Grand, costaud, bougeant ses épaules et ses bras en hurlant ses textes au début de sa carrière sur scène, Boby rentre dans la gueule de la langue française, mais sur des mélodies suaves, alternativement jazzy ou hawaïennes, pas pour lui faire mal, mais pour la détricoter et la reconstruire. Il en naît un doux surréalisme, un univers qu’évoque parfois celui de Mathias Malzieu.

Sa méthode, il la résume lui-même :

«Le calembour est la fiente de l'esprit qui vole» à dit Victor Hugo (et il s'y connaissait, le bougre). Pour faire un calembour :

  1. Il vous      faut un esprit. Si vous n'en avez pas, procurez-vous en un.
  2. Apprenez-lui      à fienter, soit en lui donnant des laxatifs, soit en choisissant un      programme télé qui fasse fienter.
  3. Apprenez-lui      à voler, en le faisant fienter jusqu'à ce qu'il vole.
  4. Apprenez      lui a fienter en volant en le faisant voler jusqu'a ce qu'il fiente.
  5. Apprenez      lui a suivre le vol de ce bestiau, avec un récipient et à recueillir la      fiente au vol.»

Petite sélection subjective de ses productions surréalistes : (vous pourrez découvrir les textes et même écouter la chanson sur : http://perso.magic.fr/ormerry/boby/bobylapointe.html)

Andréa c’est toi, Comprend qui peut, Je joue du violon tzigane, Le tube de toilette, L’hélicon.

Mais ses délires abordent avec bonheur l’absurde. Deux petits extraits pour l’illustrer.

 

Guitare sommaire

"Petit cours de guitare sommaire :

Une guitare...est un instrument... en forme de guitare...qui comporte six cordes.

Si l'on partage la guitare en deux par le milieu (ce qui n'est pas à conseiller...), on obtient deux moitiés de guitare... et...3 cordes d'un côté... 3 cordes de l'autre.

Ces 3 cordes du haut s'appellent par conséquent les basses…en guitare "classique" !

En guitare "sommaire" on ne les appelle pas : on les ignore !

La grosse difficulté de la guitare sommaire est d'éviter de toucher à ces cordes du haut qu'on appelle "les basses."

Pour ce : ne tripotons pas la guitare avec tous les doigts...Servons nous uniquement du pouce...

Comme son nom l'indique "Pouce" ça ne compte pas. Pouce, c'est pour rire : Ah ! Ah ! Ah ! Ah !... »

 Saucisson de cheval

C'est un saucisson de ch'val
Un saucisson que de ch'val
Que je viens de faire à ch'val
C'est une chanson de saillies
- Ah ! chanson de saillies de ch'val
Moi qui suis esthète de ch'val
Ah je trouve ça beau de ch'val
Génial admirable de lapin »

Et dans un registre totally different, découvrez ce qui suit : http://perso.magic.fr/ormerry/boby/chansons/grimace.html

 

Et la maman des poissons, elle est bien gentille.