Mesdemoiselles, ce message s’adresse à vous, non pas que les Monsieurs soient priés d’aller cuire leurs œufs ailleurs, mais nul besoin d’expliquer le sport à ces messieurs, grands spécialistes du sujet, des chips et des marques de bière qu’il faut boire en regardant un match de foot.

Pour comprendre cet univers de sueur, de mots barbares tel qu’« effort » ou « compétition », je me suis mise à la lecture de « L’équipe féminine », le supplément du magasine sportif le plus lu alors qu’il ne comporte même pas un horoscope.

La lecture commence par 11 pages de pub, histoire Mesdames de nous allécher et nous mettre en condition mentale pour affronter le reste. Il faudra attendre en fait la page 28 pour parler de sport avec une interview de Tatiana Golovin.
Dans cet interview, on parle du contenu du son sac à main de cette joueuse de tennis, sujet sensible chez la gente féminine, comme tous les hommes savent. On enchaîne sur le signe zodiacal qui explique sa jeunesse et sa fraîcheur (?!), puis sur son look et de ses chouchous à cheveux utiles pendant un match et pour finir elle nous explique que les Etats-Unis sont un pays où l’on se sent libre de faire ses courses en pyjama. Je trouve qu’il manque à ce portrait le nom du déodorant qu’elle utilise alors que c’est une information capitale pour comprendre qui elle est vraiment. Dis moi ce que tu pues, je te dirai qui tu hais.

On repart ensuite pour une bonne dizaine de page de pub, quelques pages mode, un superbe reportage sur la couleur des coupes des vainqueurs et les accessoires qui vont avec, au cas où on aurait le mauvais goût de mélanger du bronze et de l’or, puis un reportage sur l’équitation digne de Martine fait du cheval.

Arrivent les pages « forme » avec évidement les abdos et les fessiers, avec des exercices ludiques que vous vous épargnerez pour ne pas finir avec un torticolis et des bleus partout.

Bleus qu’on apprend à masquer avec le maquillage 100% naturel qui consiste à s’étaler 3 cm de fond de teint lumineux. Bien sur, un comparatif de shampooing vous aidera à ne pas avoir les cheveux abîmés par le soleil et la sueur de vos journées sportives, spécial pour éliminer le gras que vous avez dans le crâne.

Quelques photos de sportifs, dans les vestiaires évidemment avant la douche, les fesses crottées par la boue dans laquelle ils se sont roulés : je vois quelques Nitoyennes la bave aux lèvres, prêtes à essayer quelques marques de lessive du moment que ces sportifs ôtent leurs vêtements illico presto.

Les pages « bien bouger » sont consacrées au survêtement qui peut être sexy (si, si) si vous avez des mensurations de rêve et qu’un sac à patates sublime vos formes. Le cas échéant, faites comme moi, gardez vos survêtements pour les états grippaux où vous resterez cloîtrées au lit.

Les « questions de filles » avec la question essentielle : « j’ai peur des tiques » qui sont considérés comme des microvampires. On nous apprend donc à les dévisser de notre crâne, c’est un peu comme pour ouvrir une bouteille mais à l’envers.

Et pour finir, bien sur, le chapitre « nutrition » dont le sujet en est la junk-food et ses travers (de porc), avec des recettes de hamburger diététique au poireau et quelques pub pour bien choisir son eau minérale : riche en sel et en bicarbonates si vous êtes ballonnées, au fluor si vous avez des caries, au magnésium pour éviter les crampes et au calcium pour être belles.

Voilà, j’espère que tous ces conseils vous donneront envie de faire du sport, quant à moi…

Finalement, les gars, si ça ne vous dérange pas, je préfère continuer à manger des chips et boire de la bière en regardant le match avec vous que de lire « L’équipe féminine. »