Le 13 mai 1938 naissait en France un hebdomadaire dénommé L’Os à Moelle. Pourquoi le rédacteur en chef, le remarquable Pierre Dac, a-t-il choisi ce titre ?

Laissons-le s’expliquer :

« Au temps des Gaulois, le fameux gui qu'adoraient ces derniers n'était autre que l'os à moelle qui, à l'époque, n'était pas encore passé du règne végétal au règne minéral: les campagnes celtes verdissaient à l'ombre des ossamoelliers, au pied desquels les comiques en vogue chantaient leurs plus désopilants refrains dont l'un des plus célèbres, "Le druide a perdu son dolmen", est parvenu jusqu'à nous.
Voilà pourquoi, amis lecteurs, nous avons choisi ce titre: "L'Os à Moelle"! Nous tâcherons de nous en montrer dignes et de le maintenir sur le chemin du sourire et de la saine plaisanterie; nous éviterons évidemment toute bifurcation politique, car nous voulons bien être loufoques mais pas fous. »

Etrangement, cette profession de foi prudente me rappelle un blog un peu particulier. D’autant plus que la ligne éditoriale du dit hebdomadaire était ainsi résumée par le rédac’chef :
« Tout ce qui est d’un ordre général tout en restant particulier est nôtre ».

A la une des 109 numéros de ce journal – dont le premier fut vendu à 400 000 exemplaires en une semaine – trônait : « L’Os à Moelle, organe officiel des loufoques ». La ligne de conduite des dits loufoques était la suivante :
« Les loufoques se comportent, parlent, pensent autrement que le reste des hommes et se regroupent pour fuir pendant quelques heures les ennuis de l’existence, les petits comme les grands. »

Dans chacun des numéros, un résumé de la semaine écoulée, intitulé « Drol’ de s’maine » et rédigé par Redis-le Moelleux, permettait un retour décalé sur l’actualité. Des décrets-lois, édictés par un gouvernement aux portefeuilles tels le ministère des bas et chaussettes ou celui du bœuf en daube, décidaient par exemple qu’on ne travaillerait plus désormais le lendemain des jours de repos, mais, à titre de compensation, on se reposerait la veille.

J’arrête là les coïncidences, ou les plagiats par anticipation, en citant ce mot de Pierre Dac dans le second exemplaire du journal :
« Pourquoi notre second numéro porte-t-il le chiffre 2 ? En tant qu’organe des loufoques, ce deuxième numéro eût dû normalement être numéroté 42 ou 126. »

Au bout de 109 numéros, le journal cessa de paraître le 7 juin 1940, une semaine avant l’arrivée des Allemands à Paris. Cela était plus prudent : le journal ayant largement brocardé aussi bien Hitler que Mussolini, il valait mieux que Pierre Dac, né André Isaac, prît le maquis. Après moultes péripéties, il rejoint Londres et devient l'humoriste des émissions en français de Radio Londres à partir de 1943. Interrogé après la guerre sur cette disparition forcée de L’Os à Moelle, il eut cette belle phrase :
« Il est bien connu que l’os à moelle se décompose au contact du vert-de-gris… »

Je finirai en plaçant en exergue, pour vous inciter à un petit jeu, une rubrique permanente du journal, les offres d’emplois.

Cette rubrique, souvent alimentée par Pierre Dac lui-même, l’était aussi, entre autres, par un jeune poète de 17 ans, tellement idolâtre du maître et tellement timide qu’il passait pour déposer ses billets sans jamais oser frapper à sa porte pour se présenter. Il se rattrapera, après avoir lié connaissance en 1949 : ce jeune homme s’appelait Francis Blanche…

Quelques exemples, parmi les plus fameux, de ces offres d’emplois :
- On demande cheval sérieux connaissant bien Paris pour faire livraisons seul ;
- On demande sonneur de cloches, ayant notions menuiserie, pour déménagement à la cloche de bois ;
- Importante compagnie d’autobus demande messieurs chauves pour servir de rétroviseurs ;
- On demande espions doubles, atteints de strabisme divergent, pour observer les deux côtés de la frontière.