Tout le monde s'y attendait, mais cela n'empêche pas que ce soit un mauvais coup, dans une journée déjà maussade et grise.

Alain Bashung est décédé ce samedi.

Certains diront que, conscient de l'aspect inéluctable de sa maladie, il s'était déjà éloigné.

Mais je fais partie de ceux qui pensent qu'il avait plutôt acquis depuis plusieurs albums un statut à part dans la chanson française, qu'il avait atteint des cimes où il se trouvait tout seul, des cimes balayées par le vent du lyrisme, d'une musique dépouillée. Un endroit où l'oxygène se respirait à pleins poumons...

Et pour l'illustrer et rendre hommage à Bashung, voici le morceau d'ouverture de l'album live "La tournée des grands espaces", album que vous pouvez écouter en entier tellement il reflète bien la classe du monsieur.

Gaby est orpheline, Madame ne rêve pas ce soir...

Titre : Tel