10 septembre 2010

John Locke vs John Rambo

Ce texte a remporté un concours "Cinéma contre philosophie" sur un forum loufoque -- Nam 1968. A la frontière du Cambodge, la pluie torrentielle noie les derniers efforts du commando de bérets verts décimé. Ils sont trop nombreux en face, pour un qui tombe, dix arrivent à la course. Ils connaissent trop bien cette jungle, autant que les rats affamés qui la peuplent… Cela fait longtemps que le capitaine et le radio se sont fait descendre. Les survivants s’aplatissent dans la boue, rêvant secrètement d’y disparaître... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 17:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 juin 2010

Laisse Thomas dans l’étalon

 Que les âmes sensibles qui tomberaient sur ces lignes ne détournent pas horrifiées le regard, ni ne m’accusent de prosélytisme pour la zoophilie. Le titre est trompeur : le sujet est plus en rapport avec les acrobaties du langage qu’avec la vidéo que votre cousin Hubert vous a envoyée l’autre jour avec ce commentaire pertinent : « MER, IL ET FOU ! » Aux origines de l’humanité, il n’était nul besoin d’utiliser entre soi de prénoms. Quand on voulait appeler sa progéniture pour partager de la viande d’ours crue, il... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 22:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 avril 2010

Le gnou et son implication dans la propagation de l'art de RUE

Un texte imposé par le secteur RUE de Parano. -- Le gnou étant un animal à poil noble il ne pouvait être que le saint patron des arts de la RUE. D’abord il faut savoir que le poil noble est luisant naturellement. Il ne comprend aucune fibre synthétique, aucune luisance artificielle. Sa luminosité s’accentue à la clarté de la lune. Cette particularité en fait un animal sauvage  non domesticable tout comme l’artiste de RUE est l’ennemi de l’artiste de salon. D’ailleurs essayez de mettre un gnou dans votre... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 12:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 février 2010

Si les couilles étaient des pommes…

…si les pommes étaient des couilles. Comme chacun le sait, tout est dans tout bien au contraire et lorsqu’au petit matin, à l’époque de la floraison des cerisiers, un papillon déploie lentement ses ailes ourlées de la rosée des prés japonais dans un bruissement enchanteur, s’il lâche brusquement un énorme pet consécutif à son cassoulet de la veille au soir, et bien trois heures plus tard, un charter rempli d’Afghans décolle de Roissy pour faire fleurir les statistiques. Si un événement si futile peut avoir des... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 10:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 février 2010

L'énergie nucléaire créée par la force centrifuge d'une massue

 C’est un fait unanimement affirmé par les conférenciers de café du commerce : les hommes de Cro-Magnon étaient des nuls quand on les compare à la gloire de l’Homme moderne. Avec un H majuscule bien sûr, tant cette merveille de l’évolution le mérite pour avoir inventé le Tamagoshi, les reality shows et l’applet qui permet de transformer l’iPhone en chope de bière. Mais, surtout, ce qui fait relever le menton à nos contemporains, c’est la fierté du XXème siècle : le nucléaire. Car ce qui a fait permis à l’humain de... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 décembre 2009

La sirène buveuse de Saint-Pierre des Corps

(exercice de transformation d'un texte de Bukowski) Le train venait d'arriver et ils devaient encore rentrer à pied. Juste le temps d'être à l'heure pour l'apéro. - Je crois que c'est LA nuit, a dit Mezcal, je le sens dans mes veines. - La nuit de quoi ? a demandé Faust. - Ecoute, a dit Mezcal, tu vois là il y en a plein. On va leur en piquer quelques unes! Et merde! Tu te dégonfles ? - Quesqu'y a? Tu me prends pour un trouillard parce qu'un marin miteux m'a botté le cul? - J'ai pas dit ça, Faust. - C'est toi le... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 12:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 décembre 2009

La crêpe bretonne survivra à l’apocalypse

Comme nous le lisons quotidiennement, l’apocalypse est pour demain, à la rigueur après-demain. Didier Super nous annonce guilleret qu’on va tous crever à cause du lapin bouffeur de planètes, les témoins de jéhovah (1) frappent à notre porte pour nous annoncer, lugubres, la fin du monde pour 1992, 2000, 2012, 2036… enfin bref un jour bientôt. Pour Paco Rabanne et Sarah Connor, le monde est déjà mort, pour Douglas Adams le tracé d’une autoroute intergalactique va détruire la Terre. Mais si on observe avec attention les... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2009

Profiler fromager

 Tallahassee, Floride. Douglas Bearcock ouvre son frigo. Immédiatement, il porte sa main à sa gorge, commence à suffoquer, puis devient tout bleu et s’effondre, asphyxié. On entend un bruit ignoble, mélange de reptation visqueuse et de gargouillis satisfait. Ensuite, la porte de l’appartement claque… Quantico, Virginie. Bureaux du Département des sciences du comportement du FBI. L’équipe est réunie, sous la direction de leur chef, Aaron « Hotch » Faust, qui présente comme à son habitude l’affaire en termes directs : ... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2009

De l'usage du vibromasseur en bois de renne.

 ...durant la fin du Paléolithique supérieur (je sens que ce texte va m'apporter un lot intéressant de recherche Gogole. Ce sujet m'a été imposé, ne me demandez pas pourquoi !) Dans toute société même primitive, chacun se positionne différemment dans la hiérarchie du clan, chacun à sa place avec des privilèges et des obligations (un peu comme les fonctionnaires aujourd’hui, vous voyez ?). Il en est de même au paléolithique et surtout quand celui-ci est supérieur de part l’utilisation plus fréquente de rituels... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2009

Super-héros à mi-temps

On n’a pas fini de parler de la crise financière et de ses conséquences dans tous les domaines. Bien sûr, par facilité, le feu des projecteurs s’est porté d’abord sur les plus faibles et les plus geignards : les Américains surendettés expulsés de chez eux dès potron-minet, les ouvriers licenciés qui menacent de faire sauter leur usine, Paris Hilton qui s’est cassé un ongle... Mais il y a des afflictions dignes et silencieuses, qu’il serait ingrat d’oublier. Pensons, en particulier aux super-héros. Eux qui ont comblé notre... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]