06 mai 2008

Speak for England

Un livre sympathique et plein d'humour que vous fait découvrir Mezcal, ci-dessous! --- 2004, juste avant Noël : Brian Marley, obscur et veule professeur d’anglais à la London English School de Piccadilly, âgé de 43 ans, est devenu en quelques semaines un héros et un millionnaire. Mais cela ne lui servira à rien : il est tout proche de la mort. Dernier participant d’un jeu télévisé doté d’un prix de deux millions de livres, « Une jungle d’enfer » (du genre « Koh-Lanta » en plus trash) qui se déroule sur une île de... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 avril 2008

H2G2 radio vf (non sous-titrée)

Au début de la création était le son (oui certains essayent de faire croire que c’était le verbe mais n’adhérez pas à leur religion !) autrement dit la voix sans l’image, cette dernière étant arrivée bien après le livre (quoique c’est inexact mais qu’importe), donc la voix est le commencement à… La vie, l’univers et le reste… Ou plus exactement à H2G2, de « The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy » (« le guide du voyageur galactique »), œuvre culte de l’auteur anglais Douglas Adams. Reprenons donc. Le guide du... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 00:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 mars 2008

Philosophie et alcoolisme

Ah la philosophie, « l’amour de la sagesse » tant célébré ! Les amateurs de cette science humaine prennent systématiquement un air docte et se grattent la barbiche (même si ils ou elles n’en ont pas) dès que le sujet est abordé. Mais je vais vous faire une révélation essentielle : tous les grands philosophes ont été de gais lurons et des fêtards, voire souvent de parfaits poivrots. Prenons Confucius par exemple. La légende nous rapporte que sa vocation lui est née après une rencontre avec Lao Zi, le père du taoïsme, et... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 mars 2008

Les 11 000 verges ou l’érotisme absurde

« Ci-gît le prince Vibescu Unique amant des onze  mille verges Mieux vaudrait, passant ! sois-en convaincu Dépuceler les onze mille vierges. »   Dans la plaine mandchoue, ces vers sont gravés sur le socle d’une statue, dont personne ne sait réellement pourquoi elle est là.   Ainsi finit « Les onze mille verges », livre qu’Apollinaire publia sous un pseudonyme en 1907, par peur du scandale. Pourquoi ce livre, qui décrit des scènes horribles de sadisme, de nécrophilie, de... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 janvier 2008

Le polar social

De nombreux auteurs de romans noirs distillent, en filigrane de l’aventure ou de l’énigme sujet de leur œuvre, une critique de la société dans laquelle ils vivent. On peut attribuer la parenté de cette approche à Dashiell Hammett et «La moisson rouge» (c’est du moins ce qu’indique un grand historien du polar, lui-même militant du mouvement social, Claude Mesplède). Outre l’enquête policière, Hammett pointe du doigt dans ce livre les liens sulfureux entre la pègre organisée et les politiciens. Nombre de romans noirs publiés aux... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 décembre 2007

Le pays des malices

Pourquoi, plus de cent quarante ans après sa publication, Alice au pays des merveilles, du Révérend Charles Lutwidge Dodgson, plus connu sous son nom de plume Lewis Carroll, fascine-t-il encore tant d’adeptes ( Marilyn Manson compris ) ? Pourquoi cette œuvre, et sa suite De l’autre côté du miroir ont-ils fourni une inspiration inépuisable aussi bien à Breton, Artaud, Péret que Jarry ou Joyce ? Pourquoi, enfin, Lewis Carroll mérite-t-il de figurer au panthéon de l'absurde ? Le mythe de la création de l’œuvre vaut déjà le... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 novembre 2007

Rondibellons ensemble

Non ce n’est pas une invitation au batifolage que je vous lance. Je me roule dans la fange avec qui je veux d’abord et avec une seule personne d’ailleurs. Il ne s’agit pas non plus de faire des ronds de jambes ou des rondes enfantines. Je ne suis pas assez souple pour la première et j’ai passé l’age pour la seconde. Ni de bêler à la lune telle une chèvre, je ne le fais plus maintenant que je vis en ville. Mais alors, mais alors, de quoi s'agit-il?  La rondibelle était une forme de poésie très prisée au... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 18:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2007

Les locutions introuvables

Je vous ai déjà entretenu de mon amour pour les jeux oulipiens sur le langage, ici ou bien ici . Aujourd’hui, je veux vous parler d’une création de Marcel Bénabou, inventeur de la Littérature Semi-Défitionnelle (LSD). Cette création, ce sont les locutions introuvables. Cela consiste à fabriquer, à partir de locutions ou proverbes familiers, de nouvelles locutions. Exemple : avec «tirer le diable par la queue» et «bâtir des châteaux en Espagne», on obtient deux «locutions introuvables» : «tirer le Diable en Espagne» et... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 12:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2007

Poèmes fondus

Depuis ma tendre enfance, je suis un amoureux des richesses de la langue française, que je n’ai de cesse d’explorer. Depuis une vingtaine d’années, je me suis aussi entiché de ceux qui la font sortir de ses gonds, qui l’explosent, qui la renouvellent : surréalistes, ‘pataphysiciens, oulipiens…Artaud, Desnos, Vian, Queneau, Pérec, Le Tellier, Le Lionnais… Jeux et contraintes linguistiques et sémantiques, explorations hardies, vous trouverez tout cela à foison dans les travaux de l’OUvroir de LIttérature POtentielle... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 août 2007

Défense de l'infini

De Louis Aragon, on retient, au choix selon son humeur et sa sensibilité : - le poète dont les textes ont été popularisés par Ferré, Ferrat, Montand,… - l’amoureux éperdu d’Elsa Triolet et ce poème merveilleux, « Les yeux d’Elsa » (1) - l’auteur de poèmes hagiographiques et répugnants sur Staline - le dictateur, avec Elsa, des lettres françaises pendant plus de 20 ans - l’homme brisé, après la mort d’Elsa, qui se lança dans une bringue sans fin et des dépenses somptuaires (2) - etc, etc,… J’ai pour ma part une tendresse... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :