23 octobre 2010

Ste Canne

 Il arrive, plus fréquemment qu'on le pense, que les canonisations soient causées par un malentendu. Je n'évoque pas ici le cas de St Zano, sanctifié suite à une énorme cuite collective de la Curie romaine réunie à l'origine pour élever Marilyn Manson à la distinction suprême, ni celui de Jean-Marie Bigard, piquant sa place à Semilia après de basses manœuvres. Non, je veux parler d'une sombre intrigue égyptienne, qui a permis à un accessoire familier de s'élever sans réelle raison au rang d'objet sacré. ... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2010

Mathématiques souterraines

 Chez toutes celles et tous ceux qui ont été dégoûtés à vie par les cours d’algèbre et de trigonométrie assénés avec une délectation malsaine par des professeurs Nimbus à sous-pull marron sous une blouse tâchée d’encre bleue, la simple évocation des mathématiques provoque une rage meurtrière. Pourtant, cette science obscure peut réserver de belles surprises. Prenons par exemple un philosophe bourré, un arc et une flèche, et enfin une tortue. Le philosophe, dans sa mansuétude, laisse dix mètres d’avance à la... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2010

La Guilde des souffleurs de bulles papales

 Pénétrer dans Ankh-Morpork n’est pas chose aisée. Non pas que les habitants soient hostiles aux étrangers. Ils sont bien accueillis, du moment qu’ils dépensent leur argent avec application. Au bout de trois mois, la plupart d’entre eux s’aperçoivent qu’ils ne possèdent plus leurs chevaux et deviennent des habitants comme les autres de la ville tentaculaire. Ils se regroupent alors en minorités et barbouillent les murs de leurs propres graffiti. Le principal obstacle est constitué par l’odeur de la ville, qui... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2010

John Locke vs John Rambo

Ce texte a remporté un concours "Cinéma contre philosophie" sur un forum loufoque -- Nam 1968. A la frontière du Cambodge, la pluie torrentielle noie les derniers efforts du commando de bérets verts décimé. Ils sont trop nombreux en face, pour un qui tombe, dix arrivent à la course. Ils connaissent trop bien cette jungle, autant que les rats affamés qui la peuplent… Cela fait longtemps que le capitaine et le radio se sont fait descendre. Les survivants s’aplatissent dans la boue, rêvant secrètement d’y disparaître... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 17:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 juin 2010

Des artistes universels

Souvent, les discussions d'après boire s'éternisent pour désigner les chanteurs ou les chanteuses dont l'influence perdure, voire s'étend, au fil des années, bien après leur décès. Je suis toujours étonné que ne revienne pas plus souvent dans la liste de ces références ultimes le mémorable Claude François. Nul ne conteste aujourd'hui que c'est le couplet suivant qui a déclenché chez Iggy Pop, MC5 et autres Damned le cri primal précurseur du punk : "Si j'avais un marteau Je cognerais le jour Je cognerais la nuit ... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2010

Laisse Thomas dans l’étalon

 Que les âmes sensibles qui tomberaient sur ces lignes ne détournent pas horrifiées le regard, ni ne m’accusent de prosélytisme pour la zoophilie. Le titre est trompeur : le sujet est plus en rapport avec les acrobaties du langage qu’avec la vidéo que votre cousin Hubert vous a envoyée l’autre jour avec ce commentaire pertinent : « MER, IL ET FOU ! » Aux origines de l’humanité, il n’était nul besoin d’utiliser entre soi de prénoms. Quand on voulait appeler sa progéniture pour partager de la viande d’ours crue, il... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 22:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 mai 2010

Orange sanglant

Des interviews flippantes, j’en ai réalisées des tonnes depuis que je bosse en free lance. Mais c’est la première fois que j’avais des sueurs froides en attendant mon client. En fait, non la seconde : c’avait été une rude épreuve d’essayer de tirer une phrase en français de Steevy Boulay. Je l’attendais dans ce rade où rôdent les rattlesnake. L’ambiance était conviviale, les habitués se saluaient d’une table à l’autre. Mais la température a baissé de plusieurs degrés quand IL s’est pointé, le cigare au bec,... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 08:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 avril 2010

Le gnou et son implication dans la propagation de l'art de RUE

Un texte imposé par le secteur RUE de Parano. -- Le gnou étant un animal à poil noble il ne pouvait être que le saint patron des arts de la RUE. D’abord il faut savoir que le poil noble est luisant naturellement. Il ne comprend aucune fibre synthétique, aucune luisance artificielle. Sa luminosité s’accentue à la clarté de la lune. Cette particularité en fait un animal sauvage  non domesticable tout comme l’artiste de RUE est l’ennemi de l’artiste de salon. D’ailleurs essayez de mettre un gnou dans votre... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 12:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 mars 2010

Les vertus révolutionnaires du contrepet

Rien ne prédestinait cet enfant placide et un peu renfrogné à la révolte. La vie à la campagne était rude, certes, mais ses parents étaient des paysans assez aisés. A l’école du village, il ne se distinguait guère par sa curiosité pour l’histoire, ni d’ailleurs pour les langues : en fait, il rêvassait la plupart du temps au fond de la classe, les bras croisés sur son ventre replet de petit Bouddha. Mais, à l’âge de huit ans, une rencontre fugitive changea toute sa vie. Revenant de l’école et passant devant la maison la... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 06:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2010

La Boukha est une chienne de l'enfer

Librement plagié de Bukovski  La fraternité recouvre les gestes Elle y met un cerveau et surtout une âme. Quand les femmes les attendent dans leur cocon de douceur, les hommes se retrouvent pour boire de la Boukha et personne ne trouve à redire et les compagnons subliment un espoir dansant d'un comptoir à l'autre. La fraternité recouvre les gestes et les regards cherchent plus frère que les frères. il n'y a aucun doute : nous sommes tous soumis à un destin singulier, qu’on réalise en trouvant ... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]