Depuis 1975, c'était un signe d'élégance, le privilège des initiés, le passeport pour les secrets exotiques de la capitale.

Arboré avec une feinte inadvertance, ce petit rectangle plastifié permettait à l'exilé francilien de plonger les hétaïres provinciales dans un début d'extase, quand il venait visiter ses anciens camarades des jeux adolescents à Limoges ou Yssingeaux.

Il permettait ainsi, par une extension de ses fonctions habituelles, de ménager des voyages à Cythère bien plus réjouissants que le trajet quotidien et compressé entre République et La Courneuve...

Car c'est bien de la carte orange que je parle, elle qui constituait la carte de membre d'un club très select, celui des usagers du métro, du RER et des bus d'Ile-de-France.

C'est donc avec une nostalgie et un peu de colère que j'entends sans cesse dans le métro ce message sinistre, débité sans conviction toutes les minutes par une voix enregistrée :
"La carte orange disparaît. Vous pouvez dès maintenant vous faire établir gratuitement votre passe Navigo dans cette station."

En effet, au 1er février prochain, cet usurpateur de Navigo va supplanter notre amie la carte orange, permettant de plus de tracer tous nos déplacements dans les transports en commun. Brutus et Big Brother en même temps!

Il semble malheureusement trop tard pour empêcher ce crime atroce, mais qu'au moins la mort de la carte orange fasse l'objet d'une commémoration!

C'est pourquoi je lance ici-même une pétition, à remplir en réplique, pour que le 1er février prochain, le Président du Conseil régional et les maires de l'Ile-de-France inaugurent une plaque sur le Champ-de-Mars, arborant la fière mention:

Carte orange (1975-2009)
Grâce à toi, on a pu laisser trainer nos mains dans le métro!

Et, pour ma part, je ne prendrai jamais le passe Navigo...