Librement plagié de Bukovski
 

La fraternité recouvre les gestes
Elle y met un cerveau et
surtout une âme.
Quand les femmes les attendent
dans leur cocon de douceur,
les hommes se retrouvent pour boire
de la Boukha
et personne ne trouve
à redire
et les compagnons subliment
un espoir
dansant d'un comptoir
à l'autre.
La fraternité recouvre
les gestes et les
regards cherchent
plus frère
que les frères.

il n'y a aucun
doute :
nous sommes tous
soumis
à un destin singulier,
qu’on réalise en trouvant
son pendant.

Il y a un rossignol bleu dans nos cœurs
qui sort quand nous nous retrouvons Matt, Marc et moi,
Plus fort que le quotidien,
Nous lui disons
reste là
nous ne laisserons personne
te voir
Il y a un rossignol bleu dans nos cœurs
nous l’arrosons d’alcool de figue
et de fumée de cigarettes
et les joueurs de Rapido, les piliers de comptoir
et les épiciers
ne sauront jamais qu’il
est là
Il y a un rossignol bleu dans nos cœurs
qui sort quand nous nous retrouvons
mais nous sommes prudents, nous ne le laissons dehors
que certains midis
à l’heure où tout le monde est distrait
nous lui disons, on sait que tu es là,
alors ne sois pas si
silencieux,
chante encore un peu
à l’intérieur de nous ; et on trinque comme
ça
avec notre
pacte secret
et c’est assez agréable de
faire rire des hommes.

Et l’ivresse du rossignol gagne
les cœurs
les sourires illuminent nos visages
la Boukhra est une chienne de l’enfer
elle nous renifle et nous fait danser
le sabbat diurne des vraies amitiés.