Des interviews flippantes, j’en ai réalisées des tonnes depuis que je bosse en free lance. Mais c’est la première fois que j’avais des sueurs froides en attendant mon client. En fait, non la seconde : c’avait été une rude épreuve d’essayer de tirer une phrase en français de Steevy Boulay.


Je l’attendais dans ce rade où rôdent les rattlesnake. L’ambiance était conviviale, les habitués se saluaient d’une table à l’autre. Mais la température a baissé de plusieurs degrés quand IL s’est pointé, le cigare au bec, fusillant du regard quiconque aurait eu envie de lui rappeler la législation anti-tabac.

Sa silhouette massive s’est abattue sur la chaise en face de moi. Il a relevé les manches déchirées de son costume orange, m’a considéré avec mépris de son regard  injecté de sang.

Une serveuse, les yeux baissés en signe de soumission, lui a apporté une bouteille de tequila. Il l’a congédiée d’une main aux fesses, puis m’a apostrophé :

- Bon, tu commences, je n’ai pas que ça à foutre.

- Et bien, bonjour, Monsieur Casimir, c’est un honneur...

- Pas de chichis avec moi ! J’ai reçu le virement de ton rédac’ chef, Donio, tu peux envoyer la sauce.

- Ok. Comme des millions de personnes, je vous ai connu quand vous étiez un monstre gentil. Comment êtes-vous alors devenu un des pires psycho killers de l’époque ?

- T’es vraiment nul comme fouille-merde. Tu as grandi avec L’île aux enfants et tu ne comprends pas ? Mais regarde ce qu’ont inventé les mecs de ton âge : la carte bleue, le CD, les Tamagoshis, la gauche plurielle, la télé-réalité... Que des trucs de sociopathes, tiens !

- Ne vous dédouanez pas en accusant vos admirateurs ! Pourquoi vous avez dérapé ? Trop de speed dans le gloubi-boulga ?

- Fais gaffe à ne pas dépasser les limites. J’aurais bien voulu assaisonner cette horreur qu’on m’obligeait à bouffer tous les jours avec autre chose que de la moutarde extra-forte, mais ce n’est pas le problème. Tu habitais où quand t’étais môme et que tu me matais à la téloche ?

- En HLM, mais...

- Enfoiré, je t’envie. T’imagines même pas ce que c’est qu’être enfermé sur une île où c’est tous les jours le printemps, un jardin imaginaire rempli d’enfants heureux...

- Vous êtes en train de me dire que la cause de votre folie, ce sont les enfants !

- Tout juste. Ces minus qui courent partout, avec leur sourire à la con en permanence, qui... T’as pas chaud, toi ? Ils ont monté la clim’ ?

- Votre costume, peut-être ?

- Non, j’y suis habitué depuis le temps. Attends, je me rafraîchis avec une teq’... Les gniards, ils m’ont fait péter les plombs, j’ai commencé à en étrangler, à en égorger, à en dépecer. Le pied !

- Personne ne vous en a empêché ?

- Non. Trop de pognon en jeu. Et puis des nains, tu en trouves comme tu veux pour renouveler le stock. C’est après qu’ils ont tiqué, quand je me suis attaqué aux adultes.

- Ah oui, François... J’en ai entendu parler.

- Tu ne sais rien... Et puis parle plus fort, j’ai des bourdonnements d’oreille. Avant j’ai descendu cet abruti de facteur qui venait m’emmerder chaque matin. Et Julie... Ah, quel souvenir !

- Julie ? Vous lui avez fait quoi ?

- Elle n’avait qu’à pas m’allumer, avec son air de sainte-nitouche. Avant de claquer, elle a eu droit à ma grosse queue orange.

- Mais alors Monsieur du Snob, Mademoiselle Futaie, le Capitaine...

- Tous à pourrir sur ce foutu paradis. Le seul que j’aimais bien, c’était le Professeur Corbiniou. Il devient quoi ?

- Il est toujours vivant : il a repris son vrai nom, Pierre Desproges.

- Cool. On trinque à sa santé !

- Non merci, je ne bois plus.

- Tu as tort, je vais recommander une autre bout...

C’est à ce moment que le monstre de mon enfance s’est écroulé la gueule sur la table. Pauvre con. Ne jamais accepter une bouteille ouverte...

Ça m’avait coûté un gros bifton, glissé entre les seins de la serveuse, mais j’étais enfin vengé.

Je quittais le bar sous les applaudissements, non sans décocher un coup de pied dans la tête du cadavre. Pourquoi j’ai dû regarder cette mièvrerie tous les mercredis, alors que je rêvais de Massacre à la tronçonneuse et de l’Exorciste ?

Mais dans son délire, il avait au moins raison sur un point : des émissions comme celle-là, ça engendre des psychopathes...