05 mai 2008

La jeunesse de Prostetnic Vogon Jeltz

Récit imaginaire écrit dans le cadre d'un concours proposé par "Le voyageur galactique" dont j'ai gagné le second prix, une peluche Marvin, vous pouvez lire tous les récits en cliquant "ici". C'était la première fois que j'écrivais un texte pour un concours, donc je suis super fière d'avoir gagné un prix. Bon ok, il faut que je rajoute par honnêteté qu'il n'y a eu que 4 textes en compétition, donc le deuxième prix sur quatre c'est pas non plus un exploit !  Mais quand-même...surtout le prix en lui-même, la... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 avril 2008

Coming out

Cela fait près de trente ans que cela dure. Que je succombe régulièrement à cette pulsion coupable, à cette vilénie honteuse. Chaque fois que je vois poindre les prémisses de cette bassesse qui me traumatise, j’ai des sueurs froides, mes doigts tremblent. Ces doigts qui rêvent de faire ce geste frénétique… J’essaie de repousser l’échéance, j’abandonne en hâte mon occupation, je la délaisse parfois pendant des jours. Mais, lorsque je passe à côté de l’objet de mon tourment, mes yeux s’exorbitent tels ceux d’un junkie. ... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 mars 2008

La vie et l’œuvre de Nicolas-Jacques Pelletier

Si on connaît avec précision la date de la mort de Nicolas-Jacques Pelletier, le 25 avril 1792, le doute plane sur celle de sa naissance. On sait qu’il naquit dans le Poitou, dans une famille de dix sept enfants tellement pauvres qu’ils n’avaient pas de maison, vivaient au fond du marais et mangeaient uniquement de la vase et des cailloux. C’est donc tout naturellement que dès l’adolescence Nicolas-Jacques embrassa la noble et lucrative profession de bandit de grand chemin. Un de ses premiers larcins fut décisif pour la... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 mars 2008

A votre service.

Un petit texte écrit pour parano.be autour de l'univers absurde de Douglas Adams, je me suis toujours demandé en lisant "le guide du voyageur galactique" et notamment le deuxième tome "le dernier restaurant avant la fin du monde" à quoi pouvait donc ressembler la vie d'une serveuse dans ce restaurant.--J’avais écumé tous les petits boulots possibles, de planète en planète, de système solaire en géante gazeuse, sans trouver où me fixer quelque part. La bougeotte est une maladie qui s’attrape jeune et dont on... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 février 2008

Le bienfait des catastrophes naturelles

On dénigre souvent les tremblements de terre, les tsunamis sur les plages indonésiennes , les éruptions volcaniques. Mais les catastrophes naturelles n’ont-elles pas leurs côtés romanesques aussi ? Ecoutons ce chant d’amour, lancé par une grande philosophe contemporaine : « Vision d'orage, J'voudrais pas qu'tu t'en ailles. La passion comme une ombre, Fallait que j'y succombe. Tu m'enlaçais, Dans les ruines du vieux Rome. » [merveilleuse allusion et hommage aux morts de Pompéï. Eh oui, les habitants carbonisés et... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 février 2008

Ne pas mâcher ses mots

J’ai des mots pleins la bouche, ils se mélangent, sortent en bloc sans cohérence, alors je les ravale, en attendant des jours meilleurs de régurgitation. Pourtant je n’ai pas ma langue dans ma poche d’habitude, mais cela fait plusieurs jours que j’ai beau la tourner 7 fois comme les pêchers capitaux, rien n’y fait, pas de mots dits. Il faut bien pourtant que j’arrive entre deux mots, à choisir le moindre, mais rien ne sort je mot ligne de mes petits bras sans avancer d’un caractère. Qui ne dit mot, consent, mais... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 janvier 2008

La libération viendra à 19 h.

Il fait noir… J’ai froid ! Depuis combien de temps suis-je enfermé ? Je ne saurais le dire, parfois un rayon de lumière éclaire ma prison glacée sans toutefois m’en libérer. Je rêve à travers mes barreaux métalliques, j’ai même l’impression de voir d’autres que moi emprisonnés dans des cellules identiques à la mienne. Ne suis-je pas seul ? Mes compagnons peuvent-ils me venir en aide ? Aujourd’hui il s’est passé quelque chose d’inattendu. Ma prison a bougé, il m’a semblé dans les pénombres de la... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 décembre 2007

Le repas de Noël

Les convives arrivent joyeux, les bras chargés de cadeaux, ils ont affronté le froid glacial de l’hiver, pour arriver dans la chaleur orangée de la pièce illuminée. Cette année leurs hôtes ont fait des efforts de décoration, les bougies parfumées éclairent délicatement la pièce principale et elles seront fort appréciées quand l’oncle Albert fumera ses infâmes cigares. Après les congratulations obligatoires, les moqueries à propos de tata Berthe qui a le nez qui coule et qui se mouche dans la serviette de table ou de... [Lire la suite]
Posté par sayyadina à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 octobre 2007

Le sterno-cléido-mastoïdien, ce muscle si peu connu

Dépêche AFP- 28 septembre 2007 – 9h05 « En marge du Congrès mondial annuel des muscles à Veracruz, un incident fâcheux s’est produit hier soir à la boîte de nuit « El Kiglissso Loco ». Le dancing avait été réservé par les congressistes pour leur soirée fraternelle. Pourtant le vigile, chargé de filtrer les entrées, a repoussé le muscle sterno-cléido-mastoïdien. Celui-ci portait son badge, mais le cerbère a déclaré : « T’as pas une gueule de muscle, t’es un inconnu pour moi. Casse-toi ou je t’éclate ». Une brève rixe a alors... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 octobre 2007

Napoléon raconté aux reptiles

Napoléon 1er est né le 15 août 1769, de l’union de deux splendides iguanes verts, dénommés Carlo Maria et Maria Letizia. Le problème, c’est que cette confusion partielle des prénoms des deux parents fit éclore l’œuf prématurément et que le bébé iguane eut, dès la naissance, une taille en-dessous de la moyenne,et fut l’objet des risées de ses congénères. Cela fut la cause d’un caractère hargneux et belliqueux chez le jeune iguane et chez l’adulte qu’il devint (1). Les pattes de Napoléon étant atrophiées, il prit très jeune... [Lire la suite]
Posté par mezcal à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,